En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Enseignements d'exploration

Enseignement d'exploration MPS

Par BERTRAND BORDONADO, publié le mercredi 20 février 2013 18:02 - Mis à jour le dimanche 29 décembre 2013 18:01

 

 

L’option MPS est un enseignement d’exploration de seconde que propose le lycée Grand Air.

MPS signifie : Méthodes et Pratiques scientifiques

 

Programme de l’option MPS :

L’enseignement d’exploration « méthodes et pratiques scientifiques » permet aux élèves de découvrir différents domaines des mathématiques, des sciences physiques et chimiques et des sciences de la vie et de la Terre.

C’est aussi l’occasion de montrer l’apport de ces trois disciplines pour trouver des réponses aux questions scientifiques que soulève une société moderne, de faire percevoir différents grands enjeux et de donner les moyens de les aborder de façon objective.

 

Cet enseignement d’exploration vise à développer les compétences suivantes :

  • savoir utiliser et compléter ses connaissances ;
  • s’informer, rechercher, extraire et organiser de l’information utile (écrite, orale, observable, numérique) ;
  • raisonner, argumenter, pratiquer une démarche scientifique, démontrer ;
  • communiquer à l’aide d’un langage et d’outils adaptés.

 

Fonctionnement de l’option MPS :

Pour atteindre ces objectifs une liste de six thèmes nationaux est proposée. Ces thèmes sont susceptibles d’être renouvelés périodiquement. L’équipe de professeurs choisit dans la liste deux ou trois thèmes, mobilisant chacun les trois champs disciplinaires, qui feront l’objet de l’enseignement et des activités des élèves.

Dans le cadre d’une démarche de projet, on pourra demander à l’élève un travail personnel ou d’équipe intégrant une production (expérience, exploitation de données, modélisation, etc.) et aboutissant à une forme de communication scientifique (compte rendu de recherche, affiche, diaporama, production multimédia, etc.).

Ce travail comportera des apports des trois champs disciplinaires.

Les élèves travaillent par binôme ou groupe à effectif réduit dans une salle spécialisée (salle de travaux pratiques ou salle informatique). La durée de chaque séance est de une heure trente par semaine. L’autonomie et la recherche sont privilégiées. Vous allez apprendre à échanger vos idées : écouter les autres puis défendre vos opinions sans les imposer, dans le calme et le respect des autres.

Vous serez devant des « situations problèmes » dont la solution ne sera pas immédiate : elle demandera de la réflexion, des essais, de la persévérance. C’est par vos questions au professeur que vous pourrez progresser mais la réponse sera la votre, pas celle du professeur.

 

Choix de l’option MPS :

Cet enseignement n’est pas obligatoire pour poursuivre des études scientifiques en 1ère S et Terminale S, mais il contribue efficacement à la formation des futurs scientifiques en donnant une aisance appréciable dans toutes les utilisations de l’ordinateur, la démarche scientifique et le raisonnement scientifique en général. Il est rappelé que le baccalauréat S comporte désormais une épreuve de travaux pratiques en sciences physiques (souvent informatisée). Cet enseignement contribue à donner à l’élève un meilleur niveau en sciences.Tout élève motivé par les sciences (mathématiques, physique, chimie, sciences de la vie et de la terre) devrait se porter candidat.

 

Liste des thèmes en MPS :

 

  • Science et investigation policière

L’investigation policière a pour objectif de déterminer les protagonistes et les circonstances d’un événement passé ayant donné lieu à un délit. Jusqu’au 19e siècle, elle faisait essentiellement appel aux qualités d’observation, d’induction et de synthèse logique des enquêteurs dont Sherlock Holmes est la représentation parfaite. Aujourd’hui, elle se fonde aussi sur l’analyse d’indices nombreux et variés qui bénéficie d’outils scientifiques et de méthodes innovantes.

 

  • Science et œuvres d’art

Des liens très forts ont toujours uni les activités scientifiques et artistiques. Ainsi, c’est l’observation d’une corde vibrante qui a amené Pythagore à associer les intervalles sonores de la gamme qui porte son nom aux divisions de la corde. Aujourd’hui, des outils scientifiques permettent de dévoiler le secret des œuvres et peuvent participer à la création d’ œuvres contemporaines.

 

 

  • Science et aliments

Divers procédés scientifiques et techniques ont été mis en place pour transformer et conserver les denrées nécessaires à leur conserver les denrées nécessaires à leur alimentation. Ainsi, la fabrication du vinaigre remonte à plus de 12 000 ans, les Sumériens maîtrisent déjà la fermentation pour fabriquer du pain et de la bière 8 000 ans av. J.-C., la conservation des aliments est depuis l’Antiquité assurée par le séchage et la salaison, la fermentation ou la réfrigération par la glace naturelle. En 1810, le physicien Nicolas Appert dévoile dans son Livre des ménages un procédé de stérilisation à la chaleur, explicitant le lien qui unit la science et l’alimentation. Les techniques actuelles …

 

  • Science et cosmétologie

Depuis l’Antiquité, l’élaboration des substances et des préparations destinées à améliorer l’apparence corporelle s’est rationalisée. Résultant du mélange de différents ingrédients d’origine végétale, animale ou synthétique, la formulation cosmétique doit répondre à une demande d’entretien et d’embellissement du corps tout en respectant des critères de stabilité et d’innocuité précis et codifiés. Elle s’appuie aujourd’hui sur la connaissance scientifique des différentes matières utilisées, des parties du corps traitées et de leurs réactions aux agressions. La mise au point d’un produit, sa conservation et sa sécurité exigent de nombreux tests préalables et un examen attentif de leurs effets tant sur l’organisme humain que sur l’environnement.

 

  • Science et vision du monde Science et vision du monde

L’œil est le premier outil d’observation du monde. La vision reste toutefois limitée à un périmètre et à une gamme d’échelle réduits. Grâce aux progrès scientifiques et techniques, ces contraintes sont progressivement tombées : la loupe a permis d’observer des détails invisibles à l’œil nu, les lunettes astronomiques et les télescopes ont donné l’accès à de grandes distances, les ballons dirigeables et autres avions ont mené un travail d’observation depuis les airs. Aujourd’hui l’utilisation de techniques très variées comme la microscopie et les images satellitaires permet une vision inédite du monde en révélant un système aux dimensions infiniment petites ou infiniment grandes.

 

  • Science et prévention des risques d’origine humaine

Les sociétés humaines doivent sans cesse faire face à des risques naturels (inondations, séismes, éruptions volcaniques…). De nos jours, leurs activités les confrontent à des risques d’un type nouveau liés au développement industriel et technologique ainsi qu’à l’aménagement du territoire.

 

L'équipe MPS du Lycée Grand-Air.

 d'après diaporama du Lycée Raymond Naves de Toulouse.